Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Suivi, évaluation et indicateurs de biodiversité

Processus et gouvernance

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 mai 2016 (modifié le 22 mars 2017)

Quels indicateurs de suivi mettre en place ?
ADEME, 15 décembre 2015
"Compte tenu de l’aspect évolutif de la problématique déchets dans une entreprise, il est important de mesurer régulièrement son évolution et ses résultats afin d’ajuster les actions et ainsi de favoriser l’atteinte des objectifs."
http://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/reduire-impacts/reduire-cout-dechets/indicateurs-suivi-mettre-place

Indicators for sustainable cities. In-depth Report 12.
European Commission, Science for Environment Policy, novembre 2015
"Urban sustainability indicators are tools that allow planners, managers and policymakers to gauge the socio-economic and environmental impact of existing urban designs, infrastructures, policies, waste disposal systems, pollution and citizens’ access to services. They allow cities to monitor the success of sustainability interventions. This In-depth Report aims to provide local government actors and stakeholders with a concise guide to the best indicator tools currently available."
http://ec.europa.eu/environment/integration/research/newsalert/archive/sustainable-development.htm
http://ec.europa.eu/environment/integration/research/newsalert/pdf/indicators_for_sustainable_cities_IR12_en.pdf

Comment évaluer l’exposition aux pesticides de l’air en population générale ? Enseignements d’une revue bibliographique
Christina Aschan-Leygonie, Sophie Baudet-Michel, Cyrille Harpet, Marie Augendre, Emilie Lavie, Etienne Grésillon et Morgane Hechinger
Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 729, mis en ligne le 11 juin 2015
Cet article présente les méthodes mises en œuvre pour évaluer l’exposition aux pesticides de l’air en population générale. Il repose sur une revue bibliographique conduite à partir d’articles portant sur l’exposition environnementale en Amérique du Nord, Europe et Australie et parus dans des revues médicales et de sciences humaines. Dans un premier temps, les méthodes d’évaluation directe (présence des pesticides dans l’air, dans les poussières intérieures des résidences ou dans les matrices biologiques) et indirecte (estimations élaborées à partir des quantités de surfaces agricoles, des types de cultures, des quantités de pesticides utilisées, de l’autodéclaration) sont analysées. Ces deux types de méthodes sont principalement tournés vers une évaluation de l’exposition au lieu de résidence. Dans un deuxième temps, est présentée la manière dont les auteurs des articles expliquent la variabilité spatiale des pesticides présents dans le compartiment aérien. Deux modes d’explication prédominent : la variation de l’exposition est fonction de la distance aux lieux d’épandage et la variation est fonction du contexte de résidence (rural, périurbain, urbain). Dans un troisième temps, sont discutées les limites de ces méthodes d’évaluation de l’exposition : leurs résultats sont difficilement comparables car les auteurs mobilisent des méthodologies très diverses ; les espaces urbains ne sont quasiment jamais inclus dans les études et la mobilité de la population résidente, à court ou long terme, est rarement prise en compte.
http://cybergeo.revues.org/27056#quotation

Des méthodes basées sur les peuplements de macrophytes pour évaluer l’état écologique des milieux aquatiques
CHAUVIN, Christian ; BERTRIN, Christophe ; BOUTRY, Sébastien ; FERET, Thibaut ; LORIOT, Sandrine ; DUTARTRE, Alain - Sciences, Eaux & Territoires, n°15, décembre 2014, pp.54-59
En tant que base principale de la production primaire dans la plupart des hydrosystèmes, les macrophytes peuvent apporter des informations précieuses sur l’état de santé des milieux aquatiques. Comment traduire ces informations pour évaluer l’état de santé et gérer ces milieux ?
http://www.set-revue.fr/des-methodes-basees-sur-les-peuplements-de-macrophytes-pour-evaluer-letat-ecologique-des-milieux/

Note - Des applications informatiques pour faciliter l’acquisition des données « Macrophytes » dans les réseaux de surveillance des masses d’eau continentales
LORIOT, Sandrine ; LAPLACE-TREYTURE, Christophe ; BOUTRY, Sébastien ; BERTRIN, Vincent - Sciences, Eaux & Territoires, n°15, décembre 2014, pp.60-63
Les macrophytes ont été reconnus élément de qualité biologique mais, pour exploiter au mieux les informations qu’ils fournissent, il convient de mettre en place des outils performants. Quels choix techniques ont été retenus pour rendre ces données les plus pertinentes possibles ?
http://www.set-revue.fr/note-des-applications-informatiques-pour-faciliter-lacquisition-des-donnees-macrophytes-dans-les/

Measuring and comparing local sustainable development through common indicators : Constraints and achievements in practice
MORENO PIRES, Sara ; FIDELIS, Teresa ; RAMOS Tomas B.
Cities, vol.39, n°4, août 2014, pp. 1−9.− tab., bibliogr.
Cet article analyse les avantages et les inconvénients de la normalisation des indicateurs de
mesure et de comparaison du développement durable à différentes échelles locales. La première partie présente les tentatives menées par les institutions européennes et les projets de recherche en faveur d’une harmonisation. La seconde partie rend compte d’une initiative portugaise − ECOXXI.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264275114000195

Analyse critique et contribution au développement d’une base de données des indicateurs de la biodiversité : Évaluation scientifique des indicateurs du jeu de synthèse 2012 de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité
Fondation pour la recherche sur la biodiversité, octobre 2013
"Un indicateur est donc avant toute chose un outil de communication. Sa forme, généralement simple et facilement interprétable, permet aux acteurs (scientifiques, gestionnaires, politiques et citoyens) de dialoguer et d’échanger autour d’un sujet en « parlant le même langage ». C’est également un outil qui résume des informations complexes qui doit permettre d’appréhender des réalités très complexes difficilement abordables en l’état. Il se veut donc être un
porte-parole de la réalité, non la réalité elle-même. C’est pourquoi il doit être accompagné d’informations qualitatives et de commentaires afin de
garder à l’esprit ses limites d’usage et d’application".
http://www.fondationbiodiversite.fr/images/stories/Mediatheque/ONB/RAPPORT-2012-2013-FRB.pdf

Les indicateurs de gouvernance des organismes publics en réponse aux enjeux du développement durable
Commissariat général au développement durable, février 2013
Les indicateurs définis sont structurés autour de grands principes et valeurs de la responsabilité sociétale.
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_2_-_Indicateurs.pdf

Building a global observing system for biodiversity
Current Opinion in Environmental Sustainability, n°4, février 2012
"There is an enormous amount of biodiversity information, but it is patchy and unconnected. GEO BON is a mechanism to help create a genuinely global biodiversity observation system. A framework and procedure for integration of complex biodiversity datasets is emerging."
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1877343511001394

Suivis opérationnels de biodiversité forestière : quelles expériences à l’étranger ?
Marion Gosselin ; Yoan Paillet / CEMAGREF, 1er avril 2011
"Actuellement, la France dispose pour les suivis de biodiversité forestière des indicateurs de gestion durable des forêts françaises, publiée tous les 5 ans par le Ministère en charge des forêts. Mais le décalage est grand entre les enjeux identifiés de biodiversité forestière et les données dont on dispose pour constituer un tableau de bord de leur état et de leur évolution. L’analyse du système et de ses lacunes a mis en évidence la nécessité de suivis de biodiversité spécifiques à la forêt, avec des suivis directs d’espèces, et notamment d’espèces communes. Pour poursuivre la réflexion vers des systèmes opérationnels, nous analysons ici les expériences d’autres pays en ce domaine, en présentant des exemples de suivis opérationnels de biodiversité forestière, incluant une forte part d’indicateurs directs de biodiversité (indicateurs d’état), en forêt tempérée ou boréale. Nous présentons tout d’abord les suivis nationaux ou internationaux de biodiversité, requis par la Convention sur la Diversité Biologique, en analysant en quoi les stratégies adoptées diffèrent entre pays signataires, et en détaillant plusieurs cas exemplaires de suivis opérationnels fondés sur des indicateurs directs. Nous nous intéresserons ensuite aux suivis nationaux ou internationaux propres à la forêt, qui s’appuient pour la plupart sur les données des Inventaires Forestiers Nationaux, parfois enrichies de relevés d’abondance d’espèces ou de groupes d’espèces particuliers, notamment les plantes vasculaires, les bryophytes, les lichens et les champignons saproxyliques"
http://cemadoc.irstea.fr/exl-php/cadcgp.php?QUERY=1&VUE=p_recherche_publication&MODELE=vues/p_recherche_publication/home.html&CLE=DOC_REF&CLEVALEUR=PUB00032109
http://docs.gip-ecofor.org/libre/etude_MGosselin.pdf

Regard critique sur la mise en place d’indicateurs d’évaluation de l’efficacité des aires marines protégées.
S. Pasquaud, J. Lobry. Sciences Eaux et Territoires : la Revue du IRSTEA, IRSTEA, 2010, pp.122-125
Les aires marines protégées (AMP) ont été créées pour protéger des espèces rares menacées et/ou préserver des habitats remarquables.
Quel est le bilan de ces espaces, ont-ils permis de restaurer la biodiversité que l’on a souhaité conserver ? Le choix des indicateurs est-il toujours pertinent ? Comment les améliorer ?
http://www.set-revue.fr/regard-critique-sur-la-mise-en-place-dindicateurs-devaluation-de-lefficacite-des-aires-marines

Evaluer la qualité de la gouvernance publique : indicateurs, modèles et méthodologies
BOVAIRD, Tony ; LOFFLER, Elke
Revue internationale des sciences administratives, Vol. 69, n° 3, sept. 2003.− pp. 363−381, bibliogr.
Cet article d’introduction à un symposium vise à établir une série de définitions et une chronologie rendant compte du cadre conceptuel partagé à l’intérieur duquel peuvent−être resituées toutes les contributions qui le suivent. Dans les démocraties occidentales, la problématique de la bonne gouvernance s’est progressivement substitué à partir des années 1990 à la question de la qualité des prestations dans le débat théorique relatif à la qualité de l’administration publique. La notion même de gouvernance publique est définie ici a minima comme " les façons dont les intervenants agissent les uns avec les autres afin d’influencer les résultats des politiques publiques." Son amélioration tient à l’amélioration des résultats, et à l’amélioration des processus d’interaction entre acteurs. Dans le premier cas, l’amélioration repose sur une évaluation des résultats non plus en terme de performances quantitatives, mais en termes qualitatifs, ce qui impose de se pencher sur les résultats perçus par l’usager et sur les indices de satisfaction pour porter des changements. Dans le deuxième cas, c’est le fonctionnement de la démocratie et ses valeurs fondamentales (Participation des citoyens, transparence et équité de l’exercice du pouvoir, égalité des chances et de l’accès au service, éthique, intégrité des politiques, respect de l’Etat de droit) qui sont soumis à l’évaluation. Si le premier niveau d’évaluation à nécessairement lieu au niveau local, le deuxième relève d’actions nationales ou internationales. L’article cite et compare différentes procédures adoptées aux Etats−Unis, en Europe, en Australie et Nouvelle−Zélande, et souligne en conclusion que ces démarches en sont encore au stade expérimental, sans donner lieu à des procédures coercitives qui signifieraient véritablement la maturité de l’évaluation de la gouvernance publique.

Les indicateurs environnementaux : contexte, pratiques et questions soulevées pour l’évaluation des politiques publiques
Xavier Delache
Revue d’économie financière, 2002, vo.66, n°2.- pp.269-282
http://www.persee.fr/doc/ecofi_0987-3368_2002_num_66_2_3757